Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • « L’histoire des journaux satiriques à l’époque de Jules Grévy ou La loi sur la liberté de la Presse de 1881 », une conférence de Michel Vernus

     Parallèlement à l’exposition de caricatures originales du 19e siècle donnée à voir en Mairie de Mont sous Vaudrey, l’historien Michel Vernus proposait le 5 février dernier à la Médiathèque une conférence « L’histoire des journaux satiriques à l’époque de Jules Grévy ou La loi sur la liberté de la Presse de 1881 » à travers une rétrospective largement illustrée par un diaporama.

     

    Petit compte-rendu non exhaustif :

     

    Aux origines, le goût de la satire

     

    -     L’esprit de dérision est largement ancré en France : dès le Moyen Age, de curieuses scènes représentent des monstres ou des personnages ridicules. Les rois s’entourent de leurs fous.

     

     -   La caricature s’en prend à toute forme de pouvoir, qu’il soit politique, financier, religieux, ou même artistique.

     

    10 HIII tyran mort.jpg

     Henri III est le premier personnage politique caricaturé au 16e siècle : Représenté en squelette, le caractère sacré de sa royauté est bafoué, le peuple souhaite la mort du tyran.

    A la même époque a lieu la Réforme Protestante : Les colporteurs diffusent des images du Pape représenté en singe

     

     

    L’obstacle de la Censure

     

    8 P1013472.JPGEn raison de la Censure exercée par l’Eglise, des hommes passent sur le bûcher, et de nombreux autodafés sont perpétrés. La Congrégation de l’Index était une institution de l’Eglise chargée d’examiner les livres et de signaler ceux qui étaient jugés pernicieux, immoraux, ou contraires à la foi.

     

    -     Au 17e siècle, les légendes misogynes du Grand Lustucru, le forgeron qui remodelait la tête mal faite des femmes, obtiennent en 1640 une réponse en forme de vengeance :11 lustucru2.jpg

     

    « La grande destruction de Lustucru par les femmes fortes et vertueuses ». On y voit la forge mise à sac, et Lustucru et ses ouvriers tabassés par les femmes.

    12 Lustucru4.jpg

     

     

     

     

    Un avant-goût de liberté

     

    -     En 1789, la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen supprime le Privilège.

    13  LouisXVI.jpg

     

          En 1791, Louis XVI est insulté dans la presse révolutionnaire. Il est représenté en cochon, animal qui a la réputation d’être sale, et bien connu dans la France rurale de l’époque. L’image pénètre d’autant mieux les esprits.

         Les revues satiriques connaissent un essor sans précédent avec l’arrivée de techniques modernes de gravure au trait, et de reproduction par lithographie. C’est l’âge d’or de la presse, grand média de l’époque.

     

    -     En 1793, la liberté d’expression est remise en cause par le contrôle et la censure.

     

    En 1799, lors du coup d’état de Brumaire, Napoléon restaure le Privilège.

     

     -   Le Nain jaune, première revue satirique, naît en 1815. Cette feuille coûte cher et s’adresse à la bourgeoisie. Censurée, la revue s’exile en Belgique revient en France, puis disparait.

     

     -        En 1830, le pays est plongé dans des difficultés économiques et sociales. La Révolution de Juillet éclate à Paris et un nouveau régime prend le pouvoir, rétablissant la censure pour contrer la tension ambiante.

     

    -        1852 : Après son coup d’état, Napoléon restaure l’Empire. Cet état policier exerce un contrôle très strict.

     

    18 bisAnastasia.jpg

          Née en 1865, la revue « La Lune » à laquelle contribue notamment le caricaturiste André Gill, est interdite en décembre de la même année pour avoir publié une caricature de Napoléon III.

     

    Elle réapparait un an plus tard sous le nom de « L’éclipse ». La revue est saisie sans relâche, censurée et soumise à l’amende.

     

    André Gill invente alors le personnage d’Anastasie, celle qui endort avec ses ciseaux, figurant la Censure.

     

    Pouvoir et contre-pouvoir

     

    Avec l'arrivée des républicains au pouvoir en 1876, se sont engagées d'âpres négociations avec la droite, conservatrice d'un certain « ordre moral », et la presse d'opinion.

     

    4 Grevy 0.JPG

    La caricature est utilisée comme une véritable arme politique républicaine.

     

    Jules Grévy, premier président républicain, paye un lourd tribut à la satire : Il est l’homme politique le plus caricaturé de l’époque.

     

    Représenté chevauchant un lion, tel un Saint-Georges terrassant le dragon, il délivre la République qui était aux mains des monstres.

     

     

    7 Grevy 6.jpgQuelques années plus tard :

     

    « La violette :

     Modeste comme cette fleur,

     L’ex Président de la République,

     Dégouté de la politique,

                  Met au billard tout son bonheur »

     

    C’est pourtant avec un large soutien que cette première grande loi sur la liberté de la presse est votée le 29 juillet 1881 par le parlement. Texte fondateur de la République, avec les lois sur l’école la laïcité, le syndicalisme, elle met fin à la longue hésitation en liberté et censure.

    14 caran ds'Ache.jpg

     

          Au 19e, le pays est secoué par de graves crises politiques (changement de Régime, scandales divers, affaire Dreyfus). Par ailleurs, la disparition de la Censure permet aux revues  républicaines d’utiliser la satire comme une véritable arme politique.

     

     L’affaire Dreyfus déchaine les passions :

     

    « Ils en ont parlé »,

     dessin anti-dreyfusard de Caran d’Ache, 1898

     

     

    -      L’Assiette au beurre, revue satirique en couleur, paraît de 1901 à 1912.

    Cette revue anarchiste est « anti-tout » : elle condamne « la grande presse », la politique, la religion. Les tirages montent jusqu’à 6 ou 7 millions d’exemplaires !

    20 Assiettte au beurre4.jpg21 Assiette au beurre.jpg

     

    Les mécanismes

     

    Différents procédés sont utilisés pour se moquer :

    L’insulte graphique peut se traduire par une animalisation du personnage (le plus souvent en cochon, singe, âne, mais aussi en oie ou autre palmipède).

     23 Gambetta en cochon.jpg

     

     

     

    Gambetta représenté en cochon remporte

    le premier prix d’encouragement en 1881

     

    Le ridicule peut aussi être provoqué par une situation dégradante (défécation, flatulence), ou une difformité physique.

     

    27  Zola.jpg

    Émile Zola en roi des porcs sur un pot de chambre

    29 P1013442.JPG

     

     

     

     

    « Le gros Fallières : l’élargissement des trottoirs sera nécessaire pour les ballades présidentielles »

     

     L’irrévérence trouve sa place également sur les cartes postales:

    31.JPG

     « Jean Jaurès à lui-même :

    Jaurès mieux fait de me taire »

    28 P1013430.JPG

     

     

     

    Le ministre jurassien Georges Trouillot

     

     

    Une liberté durement gagnée

     

    Cette liberté d’expression de la presse connaît quand même quelques accrocs, notamment à la fin du 19e, lorsque les mouvements anarchistes provoquent une agitation qui pousse le gouvernement à freiner les publications.

    En 14-18 également, la censure bat son plein : C’est d’ailleurs en réaction que le Canard enchaîné voit le jour en 1916.


     

    On le voit, il est possible de revisiter notre histoire nationale à travers le prisme de cette presse impertinente, irrespectueuse à l’égard de toute forme de pouvoir.

     

    "Quand la vérité n'est pas libre,

    la vérité n'est pas vraie"

                                                    Jacques Prévert

     

     

     

    Exposition jusqu’en septembre 2015

     Salle du Patrimoine, Mairie de Mont sous Vaudrey

     

    Horaires d’ouverture :            Lundis de 16H à 19H

                                                   Samedis de 10H à 12H

     

    Pour d’autres horaires, s’adresser en Mairie ou à Mme Germaine Oudot (03 84 81 08 32)

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • Les Victoires de la musique 2015 à la médiathèque

    Pour ceux qui auraient manqué les incontournables Victoires de la musique 2015 sur le petit écran ou à la radio, voici une session de rattrapage :

     

    Artiste masculin de l’année :
    Calogero
    Johnny Hallyday
    Julien Doré

     

    Artiste féminine de l’année :
    Christine and the Queens
    The Do
    Brigitte

     

    Album révélation :
    Piano ombre - François and the Atlas Mountains
    Idées blanches - Vianney
    Mini World - Indila

     

    Groupe ou artiste révélation scène :
    ALB
    Benjamin Clementine
    Féloche

     

    Chanson originale de l’année :
    Derrière les mots - Alain Souchon et Laurent Voulzy
    Saint Claude - Christine and the Queens
    Sur ma route - Black M
    Un jour au mauvais endroit - Calogero

     

    Album Chanson de l’année :
    Chaleur humaine - Christine and The Queens
    Alain Souchon & Laurent Voulzy - Alain Souchon et Laurent Voulzy
    Les Feux d’artifice - Calogero

     

    Album Rock de l’année :
    Little Armaageddon - Skip the Use
    The White Pixel Ape - Shaka Ponk
    Shake, Shook, Shaken - The Dø

     

    Album de musique urbaine de l’année :
    Cosmopolitanie - Soprano
    Je suis en vie - Akhenaton
    Les Yeux plus gros que le monde - Black M

     

    Album Musiques électroniques de l’année :
    Complètement fou - Yelle
    Ghost Surfer - Cascadeur
    Listen - David Guetta

     

    Album Musiques du monde de l’année :
    Rivière noire - Rivière noire
    Bed of Stone - Asa
    Dernier appel - Tiken Jah Fakoly

     

     

     N'hésitez pas à demander les CD à la médiathèque !

     

     

     

  • NOUS AVONS LU POUR VOUS....

    Le Groupe lecture s'est à nouveau réuni ce Vendredi 13 février 2015 autour de la LITTERATURE ANGLAISE cette fois-ci. Nous avons lu pour vous :

     

    index.jpgA quand les bonnes nouvelles ? / Kate Atkinson - De Fallois, 2008.

     

    Joanna Mason à 6 ans quand sa mère, sa soeur et son frère sont sauvagement assassinés sous ses yeux. Seule survivante, elle est devenue 30 ans plus tard le docteur Hunter, une mère de famille heureuse qui a su dépasser ses traumatismes. Pourtant, l'assassin vient de sortir de prison et l'inspectrice Louise Monroe surveille de près la jeune femme, par peur de récidive.

    Reggie, 16 ans, s'occupe du bébé de Joanna. Sans famille, excepté un frère qui lui en fait baver, c'est une jeune fille courageuse et volontaire qui s'est énormément attachée au docteur Hunter et connait toutes ses habitudes.

    Aussi, quand cette dernière est soi disant partie, avec son bébé, chez une vieille tante mourante, selon son mari, Reggie est la seule à s'inquiéter et à imaginer une disparition. Elle se met à enquêter seule pour convaincre l'inspectrice Monroe.

    Lors du déraillement d'un train, tout près du domicile d'une vieille professeure âgée qui l'aide à travailler, elle sauve la vie d'un certain Jackson Brodie, ex flic, vieille connaissance de Louise. Il va l'aider dans ses recherches.

     

    "Au début, on est perdu avec tous ces personnages et ces différentes intrigues mais lorsque les premiers liens entre ces différentes histoires paraissent, on est emporté par sa lecture.

    Les histoires de chacun se recoupent et dénotent d'une habile construction de la part de l'auteure qui mêle suspens, humour et fantaisie.  C'est presque un roman policier !

    On vibre avec des personnages atypiques; on entre dans leurs pensées et leur vie trépidante.

    Je regrette la présence de notes de bas de page, trop nombreuses, qui casse le rythme de la lecture et n'apporte rien à la compréhension de l'histoire. " S.N.

     

    atkinson kate,thriller,roman historique,chevalier tracyDans les coulisses du musée / Kate Atkinson - De Fallois, 1996.

     

     

    Ruby Lennox, la narratrice, nous raconte sa vie (des années 50 aux années 70) mais aussi celle de ses aïeuls. L'histoire se déroule en Angleterre sur la période du 20ème siècle.

    Ce roman psychologique est composé de chapitres faisant d'innombrables incursions dans le passé.

    Lors de tous ces va-et-vient, la famille de Ruby, depuis son arrière grand-mère, sa grand-mère, sa propre famille, jusqu'à sa propre conception nous sont décrits par Kate Atkinson avec humour, sarcasme et beaucoup d'émotion, ce qui fait que l'on s'attache vite aux divers personnages.

    On ne parle pas de musée dans ce roman mais d'une recherche dans "le placard du passé", celui des souvenirs cachés, là où sont gardés les secrets à taire, là où sont entreposés les objets perdus de tout un chacun. Peut être faut-il y séjourner dans ce placard pour s'y retrouver enfin.... Car il règne comme une malédiction transmise à chaque génération.


    Comme dans "la souris bleue" écrit plus tardivement, les personnages de Kate Atkinson constatent souvent (trop) tardivement qu'ils se sont trompés de vie. C'est ainsi qu'ils le formulent, principalement les personnages féminins, empreints du rêve de prince charmant  ou tout au moins de vie aisée.
    Et sans parler de "réelle " intrigue, la fin du roman nous apporte une réponse au mal être de la narratrice : Ruby.


    "J'ai apprécié la diversité d'écriture qui a su engendrer beaucoup d'émotions (du rire aux pleurs).
    Je recommande également  "la souris bleue" du même auteure.
    Il s'agit d'un roman policier conduit comme une série de nouvelles, mais insensiblement on comprend ce qui relient les enquêtes, non élucidées, menées par le policier Jackson Brodie.
    Le même plaisir à lire ces romans écrits avec sensibilité." M. F-M.

     

     

    atkinson kate,thrillerLa dernière fugitive / Tracy Chevalier - Gallimard, 2013.

     

    Quand Honor Bright se décide à franchir l'Atlantique pour accompagner, au cœur de l'Ohio, sa sœur promise à un Anglais fraîchement émigré, elle pense pouvoir recréer auprès d'une nouvelle communauté le calme de son existence de jeune quaker : broderie, prière, silence. Mais l'Amérique de 1850 est aussi périlleuse qu'enchanteresse ; rien dans cette terre ne résonne pour elle d'un écho familier. Sa sœur emportée par la fièvre jaune à peine le pied posé sur le sol américain, Honor se retrouve seule sur les routes accidentées du Nouveau Monde. Très vite, elle fait la connaissance de personnages hauts en couleur. Parmi eux, Donovan, «chasseur d'esclaves», homme brutal et sans scrupules qui, pourtant, ébranle les plus profonds de ses sentiments. Mais Honor se méfie des voies divergentes. En épousant un jeune fermier quaker, elle croit avoir fait un choix raisonnable. Jusqu'au jour où elle découvre l'existence d'un «chemin de fer clandestin», réseau de routes secrètes tracées par les esclaves pour rejoindre les terres libres du Canada.

     

    "Mêlant grande histoire et destins individuels de personnages fictifs, écrit tantôt à la troisième personne ou sous forme de correspondance d'Honor à ses parents, ce roman se lit facilement car on est tout de suite pris par l'action.

    Instructif quant à l'histoire des premiers américains, de l'esclavage et du refus de cet esclavage par les américains du nord. Bon roman." S.M.

    Tracy Chevalier est un écrivain américain habitant Londres. Elle s'est spécialisée dans les romans historiques.
    Sa carrière d'écrivaine débute en 1997 avec "La vierge en bleu", mais elle connait le succès avec "La jeune fille à la perle", un livre inspiré par le célèbre tableau de Vermeer. Un film est tiré de ce livre, qui obtient trois nominations aux Academy Awards de 2004.

     Critique Télérama

     

    atkinson kate,thriller,roman historique,chevalier tracyL'enchanteresse de Florence / Salman Rushdie - Plon, 2001.

     

    C'est une épopée fantastique située au 15ème siècle, qui nous emmène de l'Italie renaissante à l'empire moghol, en passant par la Turquie, l'Asie mineure, le grand empire Moghol ayant rayonné depuis l'Inde actuelle jusqu'à la mer Caspienne du 15ème au 18ème siècle.

    Ce sont les péripéties d'un aventurier florentin qui se prend pour l'embassadeur de la reine d'Angleterre, porteur d'un message puis d'un secret à porter à l'empereur moghol. Mais l'imposteur devient victime d'une imposture, un personnage énigmatique lui prend son identité, déjà douteuse.

    "Le récit de ces aventures est assez compliqué, tiré apparemment d'un fait historique mal élucidé. Très bonne traduction d'une très bonne littérature anglaise. A recommander aux amateurs de littérature fantastique." J-P. D.

     

     atkinson kate,thriller,roman historique,chevalier tracy,bolton sharonVenin / Sharon Bolton - Fleuve noir, 2007 (Thriller)

    Clara, vétérinaire dans un petit village anglais, est jeune, brillante, passionnée par son métier... Et pourtant, elle vit comme une recluse. Défigurée dans un terrible accident lorsqu'elle était enfant, elle préfère la compagnie des animaux à celle des hommes. Une existence calme et solitaire bientôt troublée par la visite de la police, venue solliciter son expertise. Un homme vient d'être retrouvé inanimé à son domicile, il porte une trace de morsure de serpent. Le verdict de Clara est sans appel, la dose de venin présente dans son corps est bien supérieure à celle que peut laisser n'importe quel reptile... La peur se répand dans la petite commune et cela ne fait qu'empirer lorsque Clara découvre, bien malgré elle, un lien avec une vieille maison abandonnée, un ancien rituel barbare et une tragédie vieille de cinquante ans dont les rescapés refusent de parler. Il y a des vérités qu'il ne fait pas bon exhumer. Et pour garder le secret, certains sont prêts à tous les sacrifices, même s'ils sont... humains.

     

    "Un bon thriller à l'anglaise. Des atmosphères tempétueuses, des vieilles églises anglicanes brûlées et chargées de secrets,... Les personnages sont attachants, le dénouement est inattendu." S.D.

     

     

    atkinson kate,thriller,roman historique,chevalier tracy,bolton sharon,groupe lectureLames de fond / Tim Lott - Belfond, 2003 (Littérature étrangère)

    Hiver 1991. Un ivrogne gît sur le bitume londonien après une collision mortelle avec un camion. Pas de quoi faire la une des journaux. Qui se souvient de Charlie Buck, ancien typographe au Times ? Son ex-femme, Maureen, et encore. Pourtant en 1979, Charlie s'imaginait heureux : un emploi sûr, une petite vie de famille bien tranquille, et aucune idée de ce qui couvait en Grande-Bretagne. Mais l'arrivée au pouvoir de Margaret Thatcher annonce des changements radicaux, et, si Charlie voit s'écrouler un monde auquel il croyait dur comme fer. Maureen, elle, va s'émanciper et enfin s'épanouir. Travailler, gagner sa vie, prendre un amant et du plaisir, autant de choses qui, jusque-là, lui étaient restées inconnues...

     

    "Roman intéressant qui nous montre à quel point la vie politique et ses changements peuvent modifier le quotidien. Certains passages nous font rire, d'autres nous attristent et la décadence de Charlie nous émeut. A lire." A.J.

     

    Mais aussi...

    Ellis Peters (1913-1995)

    "Frère Cadfael  est un personnage de fiction, moine bénédictin gallois et ancien croisé vivant au Moyen Âge. Ce  héros est à retrouver dans une vingtaine de romans policiers écrits entre 1977 et 1994 par Ellis Peters, écrivaine de son vrai nom Edith Pargeter.

    Le style est précis , simple et agréable à lire avec des références historiques apportées de façon judicieuse. Idéal pour se détendre tout en s'instruisant !" M.F-M.

     

    Ken Follet (1949-...)

    "Les Piliers de la  terre est un roman historique. L'action se situe en Angleterre au XIIème siècle et tourne autour de la construction d'une cathédrale.

    J'ai aimé ce roman, qui mêle  intrigues entre le pouvoir monarchique et l'Église ; l'un et l'autre convoitant le pouvoir de l'autre ; les descriptions des  rivalités familiales et amoureuses entre des personnages issus de couches sociales différentes, allant du hors-la-loi au comte en passant par l'artisan en quête de travail.

    Le roman bénéficie de recherches approfondies effectuées par l'auteur concernant le développement de l'architecture gothique et l'histoire du royaume d’Angleterre, même si cette construction dans le village  de Kingsbridge est fictive.

    Je me suis sentie immergée dans l'époque de la renaissance, avec un quotidien difficile et imprévisible, souvent soumis à l'autorité de l'autre et où les choix de vie sont dictés par la caste supérieure." M. F-M.

     

    Iain Pears (1955-...)

    Historien d'art et romancier britannique, auteur de romans policiers "historiques".


    ""L'affaire Raphaël" est une enquête policière située dans le monde de l'art. Du suspens, des rebondissements qui m'ont tenue en haleine et la surprise de découvrir un monde où amour de l'art, rivalités politiques et intérêts financiers s'entremêlent...même si on s'en doutait !" M.F-M.

     

    Patricia Wentworth (1878-1961)

    C'est un auteur britannique de romans policiers.

    Connue en France pour ses nombreux romans mettant en scène Miss Maud Silver, ancienne institutrice devenue détective privée, assistée à l'occasion par Frank Abbott, de Scotland Yard. Dans intrigues policières mélangées à  des romances se disputent le propos du roman,  le tout  dans des décors de la haute bourgeoisie anglaise. D'une lecture facile et agréable.

     

    David Lodge (1935-...)


    UN TOUT PETIT MONDE


    Une écriture sarcastique, et parfois très drôle qui dépeint un monde d'universitaires courant de colloques en colloques, faisant voir les liens plus ou moins extravagants et tortueux qui existent entre eux. A la recherche d'un savoir plus étendu sur leur sujet de thèse ou bien sur une reconnaissance de leur être ?



    THERAPIE

    Extrait:
    "Vers le début de ma thérapie, Alexandra m'avait prié de prendre une feuille de papier et de dresser sur deux colonnes la liste de ce qui allait bien et de ce qui n'allait pas dans ma vie. Dans la colonne de ce qui allait bien, j'avais écrit :
    1/ Réussite professionnelle.
    2/ Aisance financière.
    3/ Bonne santé.
    4/ Stabilité conjugale.
    5/ Enfants lancés sans encombre dans la vie adulte.
    6/ Domicile agréable.
    7/ Voiture épatante.
    8/ Autant de vacances que j'en ai envie.
    Dans la colonne de ce qui n'allait pas, je n'avais rempli qu'une ligne :
    1/ Je me sens malheureux la plupart du temps.
    Quelques semaines plus tard, j'ai ajouté ceci :
    2/ Douleur au genou."

     

  • DES CAILLOUX DANS LE VENTRE de Jon BAUER

    des cailloux.jpgDes cailloux dans le ventre est l’histoire d’un petit garçon de huit ans et de l’adulte instable qu’il est devenu. Au cours de son enfance, ses parents choisissent d’être « une famille d’accueil » en dépit du violent sentiment de jalousie que cela provoque en lui.
    Cette jalousie prend des proportions dramatiques quand l’enfant doit faire de la place à Robert, un jeune garçon auquel sa mère s’attache particulièrement. La relation qui naît entre eux va déclencher un événement qui transformera l’existence de la famille entière. Et particulièrement celle de Robert. 
    À l’âge de vingt-huit ans, et après une longue absence, le fils vient rendre visite à sa mère. Il ne lui a rien pardonné. Mais cette femme, malade, a besoin de lui. Comment pourrait-il ne pas profiter de la situation ?

    Des cailloux dans le ventre décrit les dégâts que s’infligent parents et enfants, comme pour nous rappeler que la famille est l’endroit dont il faut partir pour se trouver. À partir des secrets que dissimulent ses protagonistes, le romancier installe une forte tension dramatique. Mais si les douleurs du passé sont évoquées avec puissance, l’écrivain sait révéler les situations cocasses de nos existences et décrire la métamorphose d’un être qui se défait progressivement du poids de son enfance.

     

     

    "En lisant ce livre, j'ai eu peur de ce qui allait arriver aux protagonistes. Le personnage principal est diabolique. L'auteur a su garder le suspense, il m'a tenu en émoi jusqu'à la fin. J'en ai cauchemardé.... Un bon livre !" C.D.

  • LES POISSONS NE CONNAISSENT PAS L'ADULTERE de Carl Aderhold

    10230_664177.jpeg "Les poissons qui peuplent les océans sont innombrables, même si Pline l’ancien n’en compte que 144 variétés. Mais aucune espèce ne peut s’unir avec une autre, à la différence du cheval avec l’ânesse. Les poissons ne connaissent pas l’adultère. »


    Sauter dans un train, un matin. Tout quitter. À l’aube de ses quarante ans, une femme monte dans le Corail pour Toulouse et s’installe dans le premier compartiment venu. Il a suffi d’une séance de relooking, cadeau de ses copines, pour que tout son univers s’effondre : son pavillon de banlieue, son mari, sa fille, son emploi de caissière. Pour mieux marquer le début de sa nouvelle vie, elle change de prénom : Julia, comme Julia Roberts, son actrice préférée. Chaque gare de la ligne est une étape vers la liberté. Comme par contagion, tous les passagers qu’elle croise sont eux aussi emportés : Colette, la vieille dame, amoureuse de deux hommes, Germinal Serna, le contrôleur anarchiste, le Happy Days Band, la chorale déjantée, le sourd-muet, embarqué malgré lui dans le train, l’éternel dragueur, le serveur indien... Et Vincent, spécialiste des bestiaires médiévaux, qui se rend à un colloque en compagnie de sa femme et d’un autre couple de chercheurs. « Les poissons ne connaissent pas l’adultère », écrit l’un des auteurs du Moyen Age qu’étudie Vincent. Mais les historiens peuvent-ils en dire autant ? Dans ce voyage initiatique, tout se joue entre Paris et Toulouse en 6 h 06 : Julia se bat pour se libérer peu à peu de la fatalité qui pèse sur son existence, mais pourra-t-elle en modifier le cours ?
    "Un roman court, vite lu. Une histoire un peu magique, drôle, fantastique. Une texte à suspens jusqu'à la dernière phrase. je vous recommande ce bon moment d'évasion du quotidien, quand tout devient possible comme un roman." C.R.
  • CARTE POSTALE DE L'ENFER de Neil Bissoondath

    cvt_Cartes-postales-de-lenfer_8890.jpegUn écheveau de mensonges et de faux-semblants, voilà ce à quoi ressemble l'existence d'Alec. Décorateur d intérieur, il est convaincu de devoir son succès à son talent, certes, mais aussi au personnage qu il s'est créé : celui d'un homosexuel entretenant de nombreuses relations dans les milieux huppés dont est issue sa clientèle. Impassible, presque glaciale, la façade d'acier qu'il s'est efforcé de garder intacte au fil des ans va se corroder le jour où il rencontre Sumintra, une très jolie fille qui depuis toujours navigue entre limage de jeune fille modèle que lui impose l'éducation corsetée de ses parents et ses réels désirs, bien plus débridés.
    Sumintra et Alec ont beaucoup en commun, partagent le même goût du secret, la même vie parallèle à l'abri des regards. Mais qu'en sera-t-il à la tombée des masques ? Trouveront-ils un jour un accord entre ce qu'ils sont, ce qu'ils ne sont pas et ce qu'ils voudraient être ?

     

    "Livre agréable à lire, frais. Bon pour une lecture de week end". A.

     

    Neil Bissoondath est né à Trinidad en 1955 d'immigrants indiens. Il émigré au Canada en 1973 et depuis quelques années vit au Québec. Romancier et nouvelliste, il a acquis une réputation internationale. Les éditions Phébus ont publié plusieurs de ses romans : Retour à Casaquemada (Libretto. 1999). L'Innocence de l'âge (Phébus. 1998), Tous ces mondes en elle (Phébus. 1999). La Clameur des ténèbres (Phébus. 2007).

  • JUSTE UN COIN DE CIEL BLEU de Gilbert BORDES

    juste un coin.jpg

    Ils sont trois, trois drôles de Pieds Nickelés qui ont uni leur solitude pour une improbable équipée. Aurélien, l'aveugle bourru, qui vient de perdre son chien Nestor. François, son seul ami, qui traîne une réputation de noceur. Et puis Clotilde, onze ans et un sacré caractère, que sa mère a confiée en garde à ses grands-parents. Poussés par leurs blessures et entraînés par leurs rêves, ces compagnons d'infortune partent pour Lourdes dans l'espoir d'un miracle. Sans penser qu'une gamine qui disparaît avec deux hommes, cela peut prêter à confusion. Malgré les embûches, Aurélien, François et Clotilde vont découvrir que le vrai trésor du pèlerinage, ce n'est pas la destination, mais le voyage.

    "Récit tendre, plein d'émotion sans tomber dans le mièvre. On le lit très vite et on le reprend pour le relire encore une fois et s'imprégner de ses personnages. Mr Bordes sait nous captiver à chaque fois." C.D.