Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • LES RENDEZ-VOUS DE LA RENTREE 2015

    Pour les enfants :

     

    Les Heures du conte :

     

    IMG_1370.JPG

     Les mercredis de 16h30 à 17h30

     

    Le 7 janvier à Mont-sous-Vaudrey

    L'hiver et la neige

     

    Le 14 janvier à Bel Air et le 21 janvier à Mont-sous-Vaudrey

    "Des mots plein les poches"

    (Les enfants pourront venir avec des mots qu'ils ont choisis sur des bouts de papier)

     

    Un atelier de création de pliage de livre en souris :

     

    images.jpg

    Le mercredi 21 janvier entre 14h30 et 16h

    Atelier encadré par Mélodie

    pour des enfants entre 8 et 10 ans

    Sur inscriptions au 03 84 80 01 44 ou mediatheque@valdamour.com

    Groupe de 10 enfants maximum.

     

    Les Bébés lecteurs font une pause en janvier :

    reprise à partir du mois de février 2015 avec Caroline Barnabé.

     

    2014-12-16 11.20.39.jpg

     

    Pour les adultes :

     

    Ateliers de chants polyphoniques du monde

    04 dec 14.jpg

     

    Les jeudis de 18h30 à 20h en alternance sur les deux sites

    Les 8 et 22 janvier à Mont-sous-Vaudrey

    Les 15 et 29 janvier à Bel Air

    Autres dates jusqu'en juin 2015 : A Mont-sous-Vaudrey, les 5 et 19 février, 19 mars, 2 et 16 avril, 21 mai, 4 et 18 juin. A Bel Air : Le 12 février, 12 et 26 mars, 9 et 23 avril, 28 mai, 11 et 25 juin.

    Pour plus de renseignements: Téléphoner au 03 84 80 01 44 ou mfm.ccva@valdamour.com

     

     Annie, Denise, Michèle, Myriam, Isabelle, Marie-Hélène, Sandrine et Mélodie vous souhaitent un Joyeux Noël à toutes et à tous !

    2014-12-16 11.34.41.jpg

     

     

  • PROCHAIN GROUPE LECTURE

     

     

    Le prochain Groupe Lecture aura lieu le vendredi 13 février

    à 20h30 à Bel Air

     

    Le thème retenu est "LA LITTERATURE ANGLAISE".

    Tous à vos Julian Barnes, Jonathan Coe,

    Martin Amis, Kipling, Ken Follett,

    William Boyd, David, Lodge,

    Kate Atkinson,

    Jane Austen

    et cie...

  • CHARLOTTE de David Foenkinos

    product_9782070145683_195x320.jpgCe roman retrace la vie de Charlotte Salomon, artiste peintre morte à vingt-six ans alors qu'elle était enceinte. Après une enfance à Berlin marquée par une tragédie familiale, Charlotte est exclue progressivement par les nazis de toutes les sphères de la société allemande. Elle vit une passion amoureuse fondatrice, avant de devoir tout quitter pour se réfugier en France. Exilée, elle entreprend la composition d'une œuvre picturale autobiographique d'une modernité fascinante. Se sachant en danger, elle confie ses dessins à son médecin en lui disant : «C'est toute ma vie.»

     

     

    PRIX RENAUDOT 2014
    PRIX GONCOURT DES LYCEENS 2014

     

    "Si la sincérité de David Foenkinos n’est pas en doute, la réussite de son roman est une autre question. Habitué des comédies douces-amères à succès (La Délicatesse, Les Souvenirs), David Foenkinos s’astreint à une sobriété grandiloquente à force de démonstrativité. Elle ne parvient à lui faire éviter ni le kitsch (« Elle est belle, avec de longs cheveux noirs comme des promesses. » ; « Le bonheur devient une île dans le passé, inaccessible. ») ni les notations pour le moins maladroites (la conférence de Wannsee, en 1942, résumée comme « une petite réunion de travail dirigée par Reinhard Heydrich »)." Le Monde des livres
     
    "Charlotte est écrit comme en vers libres, chaque courte phrase étant suivie d’un retour à la ligne. Ce style donne l'impression d'un sujet grave maltraité, sinon mal traité..." J-P.D.

     
    "On sent que l'écrivain est hantée par l'artiste: il retrace sa vie et en même temps, il se décrit partant sur ses traces. Roman émouvant au style très personnel." P.R.
  • PAS PLEURER de Lydie Salvayre

    pas_pleurer.jpg

    Durant l’été 1936, quand éclate la guerre civile espagnole, alors qu’il est à Majorque, l'écrivain Georges Bernanos, catholique, monarchiste, compagnon de Maurras, est révulsé par les atrocités de la nuit franquiste, qui lui inspireront Les Grands Cimetières sous la lune (1938). Pendant ce même été, Montse, la mère de la narratrice, a 15 ans et vit à Barcelone l’émerveillement d’une révolution libertaire, elle, la « mauvaise pauvre », naguère montrée du doigt par les notables de son village catalan. Soixante-quinze ans plus tard, Montse raconte cette époque à sa fille, la narratrice, autour d’une anisette.

     
    PRIX GONCOURT 2014.
     

    "Le roman raconte la naissance et l'évolution de la révolution d'Espagne en 36 et dans un village agricole qui vit en autarcie et en patriarcat depuis des siècles. L'étude traite de l'année 36, la seule dont se souvient sa mère qui vit encore en Langeudoc. Un mélange d'Hemingway, de Ruiz Lafon, de Malraux et de Victoria Avril...C eroman mérite son prix Goncourt 2014." J-P.D.

  • LA MALEDICTION DU BANDIT MOUSTACHU de Irina Teodorescu

    CVT_La-Malediction-du-Bandit-Moustachu_6919.jpegL'auteure est roumaine mais elle vit en France et écrit ses romans en français. L'histoire se passe dans un pays de l'est européen où les prêtres sont des popes qui se marient.

    L'ancêtre rencontre un truand, l'héberge et le cache chez lui, dans sa cave. Sauf qu'il "l'oublie" et qu'il y meurt, jetant un sort sur tous les mâles ainés de la famille jusqu'à l'an 2000, à commencer par l'hôte indélicat qui meurt en premier.

    Dans la famille, le fait est acquis que l'ainé n'a aucune chance de vivre. La présence du fantôme du bandit moustachu disparait des conversations à l'avènement du communisme : c'est une riche famille d'aristocrates qui a pour seul souci de sauver sa peau et sa fortune. N'empêche qu'il continuent de mourir, l'auteur en témoigne, c'est elle qui raconte tout en tant que survivante.

     

    "C'est un peu long, l'auteure semble trop bavarde. 150 pages sont trop peu pour une belle histoire de vie de château mai trop pour des propos dispersés." J-P.D.

  • LA CAVE A CHARBON de Ruth Rendell

    la cave à charbon.jpg

    L’impossible s’est produit : l’inspecteur Wexford a pris sa retraite ! Or, une rencontre inattendue avec une ancienne connaissance, le commissaire Ede, va bouleverser ses plans. Les corps de deux femmes et d’un homme ont été découverts dans la cave à charbon d’une maison cossue de St John’s Wood à Londres. Rien ne permet de les identifier, mais on a trouvé dans la veste de l’homme des bijoux d’une valeur de quarante mille livres. Intrigué, Wexford accepte d’aider le commissaire Ede, tout en menant une enquête parallèle sur le maniaque qui a attaqué sa fille en plein jour. Il est loin de se douter des périls qu’il va affronter une fois la cave à charbon vidée.

     

    "Un bon thriller comme sait bien les écrire R. Rendell. Captivant." F.C.

  • LA FEMME A LA CLEF de Vonne van Der Meer

    la femme a la clef.png

    "Femme, 59 ans, d'apparence maternelle, hanches larges, voix agréable, vient vous border et vous faire la lecture avant que vous vous endormiez. Discrétion assurée. Intentions sexuelles totalement exclues". Voilà l'annonce un brin malicieuse que rédige Nettie, lorsque la recherche d'un travail devient inévitable, quelques mois après le décès de son mari.Sans expérience professionnelle à faire valoir, elle se tourne vers sa passion et propose aux âmes esseulées chômeur célibataire, hôtesse de l'air divorcée, fillette qui boude l'école ses services en tant que lectrice.
     
     

    "Un livre écrit de manière simple, qui se lit très facilement, avec beaucoup de poésie, de jolies rencontres et d’optimisme que nous vous conseillons."
  • LE RAVISSEMENT DES INNOCENTS de Taiye Selasi

    514dUU1d5oL._SL160_.jpgC’est l’histoire d’une famille, des ruptures et déchirements qui se produisent en son sein, et des efforts déployés par chacun pour œuvrer à la réconciliation.
    En l’espace d’une soirée, la vie sereine de la famille Sai s’écroule : Kweku, le père, un chirurgien ghanéen extrêmement respecté aux États-Unis, subit une injustice professionnelle criante. Ne pouvant assumer cette humiliation, il abandonne Folá, sa ravissante épouse nigériane, et leurs quatre enfants. Dorénavant, Olu, leur fils aîné, n’aura d’autre but que de vivre la vie que son père aurait dû avoir. Les jumeaux, la belle Taiwo et son frère Kehinde, l'artiste renommé, verront leur adolescence bouleversée par une tragédie qui les hantera longtemps après les faits. Sadie, la petite dernière, jalouse l’ensemble de sa fratrie. Mais l'irruption d'un nouveau drame les oblige tous à se remettre en question.
    Les expériences et souvenirs de chaque personnage s'entremêlent dans ce roman d'une originalité irrésistible et d'une puissance éblouissante, couvrant plusieurs générations et cultures, en un aller-retour entre l’Afrique de l’Ouest et la banlieue de Boston, entre Londres et New York.

    Premier roman de cet auteur d'origine ghanéenne.


    "J'ai bien aimé cette histoire qui débute par l'injustice criante et raciste que subit le père de famille, Kweku, chirurgien d'origine ghanéenne oeuvrant dans un hôpital américain. Injustice qu'il n'arrive pas à assimiler et qui fera éclater la bulle familiale.
    J'ai beaucoup aimé la douceur et la sensibilité avec laquelle l'auteur nous présente et nous décrit ses personnages. L'histoire se tient bien et je recommande cette lecture, autre regard sur ces Africains qui réussissent ou tentent de le faire." Babelio.

     

    "C'est un livre en contraste. L'écriture est belle et envoûtante. L'histoire de cette famille est intéressante de par les éléments qui la composent : jalousie, trahison, rancune, douleurs, bonheurs, réconciliation, pardon, etc. Néanmoins, ce livre m'a paru long, très (trop ?) long. La narration y est pour beaucoup : la chronologie de l'histoire n'est pas respectée – l'auteur passant de l'un à l'autre des membres de la famille parfois au moment de leur enfance, tantôt lors de leur vie d'adulte, tantôt au moment du décès du patriarche – ce qui embrouille fortement le récit. D'autre part, les personnages sont nombreux et ces changements temporels incessants n'aident pas à resituer directement le personnage dont il est question.
    Je ne regrette pas de l'avoir lu tant la plume est belle mais, malheureusement, le récit manque, à mes yeux, de cohésion." babelio

  • LE FILS de Philip Meyer

    515ohg0FgSL._SL160_.jpgVaste fresque de l’Amérique de 1850 à nos jours, Le Fils de Philipp Meyer, finaliste du prestigieux prix Pulitzer 2014, est porté par trois personnages, trois générations d’une famille texane, les McCullough, dont les voix successives tissent la trame de ce roman exceptionnel.
     Eli, enlevé par les Comanches à l’âge de onze ans, va passer parmi eux trois années qui marqueront sa vie. Revenu parmi les Blancs, il prend part à la conquête de l’Ouest avant de s’engager dans la guerre de Sécession et de bâtir un empire, devenant, sous le nom de « Colonel », un personnage de légende.

    À la fois écrasé par son père et révolté par l’ambition dévastatrice de ce tyran autoritaire et cynique, son fils Peter profitera de la révolution mexicaine pour faire un choix qui bouleversera son destin et celui des siens.

    Ambitieuse et sans scrupules, Jeanne-Anne, petite-fille de Peter, se retrouvera à la tête d’une des plus grosses fortunes du pays, prête à parachever l’œuvre de son arrière-grand-père.

     

     

    "Il est difficile de résumer un tel livre. Porté par un souffle hors du commun, Le Fils est à la fois une réflexion sur la condition humaine et le sens de l’Histoire, et une exploration fascinante de la part d’ombre du rêve américain." Note des éditions Albin Michel

     

    "Roman riche en aventures et qui décrit des personnages hauts en couleurs. L'histoire des pionniers, des violences subies ou données, les passages sur les indiens, tout cela semble très réaliste et fortement étayé au niveau historique. Un roman de 700 pages qui se lit facilement, la question est plutôt de se raisonner pour éteindre la lumière. J'ai beaucoup aimé malgré, il faut le dire, des scènes assez cruelles et violentes." M.F-M.

  • LA CUISINIERE DE HIMMLER de Franz-Olivier Giesber

    _grand_314.jpgCeci est l'épopée drolatique d'une cuisinière qui n'a jamais eu peur de rien. Personnage loufoque et truculent, Rose a survécu aux abjections du XXè siècle qu'elle a traversé sans rien perdre de sa sensualité ni de sa joie de vivre. Entre deux amours, elle a tout subi : le génocide arménien, les horreurs du nazisme, les délires du maoïsme. Mais, chaque fois, elle a ressuscité pour repartir de l'avant.

     LIVRE EN GROS CARACTERES.

    « À peine a-t-on ouvert le livre que les pages filent, s'envolent, et la fin survient trop tôt. » F. F., Le Nouvel Observateur.

     

    "Livre facile et agréable à lire qui raconte l'histoire rocambolesque de Rose à travers tous les génocides du 20ème siècle. Personnage attachant au vocabulaire truculant." S.M.